Résumé / Summary/ Resumen

Présentation de l'atelier

Le thème de réflexion de l'atelier (réfléchir sur une autre conception du gouvernement d'entreprise ) vient du constat suivant :
Dans la transformation post-socialiste, les grands perdants ont été les travailleurs :
chômage, perte du contrôle symbolique et souvent formel sur les actifs (" propriété du peuple tout entier ", " contrôle ouvrier ", autogestion).
Il est surprenant, à première vue qu'au cours de la transformation, aucun débat sur des formes alternatives
de contrôle des firmes ne se fait jour, notamment autour de l'autogestion qui, de fait, s'est trouvée généralisée
lorsque la plupart des économies encore socialistes ont abandonné l'ancienne organisation industrielle hiérarchique
en mettant fin au ministères de branche.
L' " acquisition des bonnes manières " est devenu un impératif, notamment dans les économies où les droits de propriété
plus ou moins flous ont conduit à la concentration d'actifs (Russie), à rendre plus ou moins opaques les pratiques
des instances en charge du contrôle (Chine) des entreprises publiques, le tout, bien sûr, en évacuant la question
de la représentativité des salariés, dépossédés de leurs droits de propriété réels sur les actifs, de leur emploi,
sinon de leurs logements (Russie), de la plus part de leurs droits en Chine (sauf de vendre leur force de travail).
Le grand absent de la transformation, on l'aura compris, c'est l'exercice d'un droit réel des salariés sur des actifs
qu'ils possédaient symboliquement ou réellement. L'autogestion aurait-elle été praticable ?
Le renforcement du contrôle des actifs par l'Etat perceptible en Russie dans certains secteurs,
annonce-t-il un autre mode de gouvernance des firmes donnant plus de pouvoir aux salariés ?
On se propose d'aborder ces questions et de réfléchir sur une autre conception du gouvernement d'entreprise.

N.d N.a